Chargement Évènements

« Tous les Évènements

Séjour 6 – Tenir ferme en L’attendant!

01/08/2020 @ 00:00 07/08/2020 @ 23:59

Orateur: Jérémie Déglon


Jérémie Déglon

Jérémie est marié à Marilyne et père de 4 enfants. Avant de partir se former en théologie à l’Institut Biblique de Genève puis à la Faculté de Théologie Jean Calvin, Jérémie a travaillé pendant 10 ans dans le commerce au sein de plusieurs multinationales leaders dans le secteur de l’électronique grand public tout en étant activement engagé dans une Église en région parisienne. Jérémie est le pasteur de l’Église du Mée Sur Seine (AEEBLF) depuis 2013. Sa femme Marilyne est également une précieuse partenaire dans son ministère; elle est engagée avec lui dans un ministère d’enseignement et d’accompagnement auprès des femmes. Parallèlement, Jérémie est membre du comité national du Réseau FEF, il enseigne à l’Institut Biblique de Genève et est le directeur des séminaires Evangile21.


En juillet 64 après J.-C., plusieurs historiens suspectent l’empereur Néron d’avoir mis le feu à Rome pour pouvoir reconstruire la ville à son goût. Pour ne pas révéler ses intentions et détourner la suspicion publique quant à son implication dans l’incendie qui a dévasté Rome, Néron dément. Il rejette la faute sur les chrétiens, considérés comme des ennemis de l’empereur en raison de leur refus d’adorer quiconque en dehors de Jésus-Christ. S’en suit une persécution atroce contre les chrétiens.

L’apôtre Pierre est en prison. Il a déjà vu son ami Jacques se faire décapiter à cause de sa foi; il attend maintenant sa mise à mort par crucifixion.

Cette persécution, qui arrive de Rome, commence à se faire sentir par les chrétiens en Turquie. Elle allait avec le temps s’intensifier de plus en plus. Dans sa première lettre, Pierre veut les encourager à vivre et à tenir ferme dans l’espérance de leur salut en Jésus.

Nous ne sommes pas (encore) aujourd’hui en Europe dans un contexte de persécution forte à cause de notre foi et pourtant… Encore aujourd’hui, Pierre veut nous encourager et nous préparer à affronter la souffrance à cause de notre foi, non pas avec pessimisme, fatalisme ou passivité, mais avec la confiance que ces souffrances jouent un rôle positif dans notre marche vers l’héritage que nous avons en Jésus-Christ.